le mot du Gd Maître

Accueil
le mot du Gd Maître
message aumônier
administration
historique
Chronologie
Cérémonial
1926 et 1962-73
les Confréries

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Message de François DUNAN

 

En cette Année Sainte placée par le Pape François sous le signe de la Miséricorde, rappelons ce que nous sommes depuis bientôt huit siècles.

 

Depuis l’origine, nos aïeux en s’agrégeant en Confrérie de pénitents décidèrent de graver dans le cœur même de leur foi d’ardentes actions de charité, lesquelles consistaient à s’occuper du soulagement des pauvres dans l’exercice, comme nous le rappelle notre Aumônier Général, de toutes les œuvres de miséricorde corporelles.

 

C’est ainsi que, comme le rappelle M. Luc Thévenon dans son ouvrage collectif « Pénitents des Alpes Maritime »[1], les Pénitents ont joué un rôle prépondérant de société de secours mutuel et d’assistance, à une époque où n’existait pas de sécurité sociale, par :

 

§  L’accueil du voyageur égaré comme du pèlerin démuni.

 

§  Le réconfort aux indigents en distribuant vivres et vêtements.

 

§  La gestion d’hôpitaux et d’asiles (les Pénitents Blancs de Nice ont fait édifier depuis lors à l’emplacement de leur ancienne clinique différents bâtiments dont des logements sociaux, une crèche et un centre de soins palliatifs).

 

§  La gestion de monts de piété gratuits, ancêtre des certains crédits municipaux actuels, dont le but était de venir au secours des familles nécessiteuses dans le souci de combattre l’usure toujours menaçante.

 

§  La gestion, principalement dans les villages, de monts-granatiques ou frumentaires capables de prêter les grains nécessaires aux paysans victimes d’un sinistre, le remboursement s’effectuant l’année suivante lors de la récolte moyennant un intérêt nul ou dérisoire.

 

§  Le service gratuit des enterrements, rôle important par la fonction mais aussi par l’appareil ostentatoire déployé et les cantiques chantés … mais également la charge de pourvoir une sépulture chrétienne aux victimes d’épidémies ; charge relevée depuis lors sous la forme du Service Catholique des Funérailles auquel participent désormais de très nombreuses confréries.

 

§  L’assistance des condamnés à mort, les exhortant et les accompagnant au lieu de leur supplice ; certaines Archiconfréries de la Miséricorde ayant le rare privilège de pouvoir sauver un condamné à mort ou aux travaux forcés une fois l’an, le 29 août jour de la Décollation de Saint Jean-Baptiste.

 

L’exercice de toutes ces œuvres se faisait par l’action commune, d’une manière réglementée et administrative dans des lieux propres (hôpitaux, monts de piété, …) ou le plus souvent dans des locaux adjacents à nos chapelles.

Pour ce faire, nos Confréries possédaient d’importantes ressources provenant de libéralités léguées, le plus souvent, par d’anciens confrères comme par d’éminents protecteurs.

 

Nos Confréries ont ainsi ouvert la voie que l’assistance publique laïcisée va emprunter et développer par la suite. Pour s’en tenir à ce seul exemple, l’actuel Centre Communal d’Action Sociale de la Ville de Nice s’est substitué au Bureau de Bienfaisance créé en 1861 lors du rattachement de Nice à la France lequel Bureau de Bienfaisance avait été constitué par l’ensemble des œuvres de Miséricorde gérées par l’Archiconfrérie des Pénitents Noirs de Nice depuis ses origines.

Qu’en est-il en ce début de 3ème millénaire ?

Nous savons que nous serons tous reconnus[2] aux fruits que nous portons[3]  ; non pas tant pour nos manifestations publiques (souvent superbes lors de nos majestueuses processions), ni pour nos « qualités extérieures » chrétiennes, mais pour la façon dont le Christ s’est fait chair dans notre vie.

Puisse dès lors cette année jubilaire nous aider à devenir « miséricordieux comme le Père » dans l’ensemble de nos actions de charité comme dans notre participation à la communauté fraternelle formée par chacune de nos confréries.

 

 

                                               Frère François Dunan

                                              Grand Maître de la Maintenance


 

[1] Pénitents des Alpes Maritimes chez SERRE Editeur 2008 réimpression de l’édition de 1981

[2] Evangile selon Saint Luc 6, 43-49

[3] Evangile selon Saint Matthieu 7, 15-20