message aumônier

Accueil
le mot du Gd Maître
message aumônier
administration
historique
Chronologie
Cérémonial
1926 et 1962-73
les Confréries

archives Aumônier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monseigneur Norbert TURINI  Evêque de Perpignan-Elne 

Aumônier général de la Maintenance

« TOUS ENSEMBLE, SERVITEURS DE L’ESPERANCE ».

Chers amis,

C’est la première fois que je m’adresse à vous comme nouvel Aumônier général de la Maintenance. Qu’il me soit permis tout  d’abord de saluer fraternellement mon prédécesseur, Monseigneur Bernard Barsi, Archevêque de Monaco et de lui exprimer la reconnaissance de tous pour avoir accompli ce beau service parmi vous avec fidélité, disponibilité, conviction, joie évangélique et zèle apostolique.

Je mesure à quel point vous l’avez apprécié et je peux l’assurer que nous lui conservons toute notre grande et profonde affection.

L’an dernier Monseigneur Barsi insistait sur la mission du pénitent comme serviteur de la miséricorde et il nous donnait dans le « mot de l’Aumônier », les « fondamentaux » qui définissent l’engagement et la spiritualité du pénitent. Je vous invite à les relire dans le Labarum de mars 2017. Je sais qu’il a écrit cet article au moment où s’achevait sa charge. Il voulait ainsi nous rappeler pourquoi et pour qui vous êtes pénitents et comment vous êtes appelés à vivre cet engagement en union au Christ et à Son Eglise.

J’aimerais cette année dans le prolongement de sa réflexion, présenter le pénitent  comme serviteur de l’Espérance.

« Le Seigneur est notre Espérance ». L’affirmer, c’est l’incarner par toute notre vie.

Serviteur de la miséricorde et serviteur de l’Espérance s’unissent chez le pénitent pour constituer son cœur de mission.

La miséricorde prend soin. Elle s’exprime dans des œuvres corporelles et spirituelles. Elle agit là où l’homme est écrasé par la souffrance, la misère, la maladie, la solitude, l’exclusion, le chagrin, la mort. C’est sur ce front-là que s’exerce la « vocation » de tout pénitent : de son  cœur qui accueille à ses mains ouvertes pour servir ceux qu’il accueille.

De cette façon il est témoin du Dieu Miséricordieux, quand il porte dans son cœur son frère affamé, blessé, humilié, rejeté, jugé, agonisant.                                                                                       

En prenant soin de son prochain, il rencontre le Père, plein de miséricorde.

L’Espérance est la vertu, la force du relèvement. Quand le Bon Samaritain prend en charge le moribond sur la route de Jéricho, il lui donne certes les premiers secours, mais il le confie à un aubergiste, en le payant sur ses deniers. Celui-ci s’occupera de lui jusqu’à son total rétablissement.

Le Samaritain lui propose même de s’acquitter des dépenses supplémentaires lors  d’un nouveau passage, pour être sûr que l’aubergiste en  prendra soin  jusqu’à ce qu’il ait retrouvé toute son autonomie.

Oui l’avenir de celui dont la vie ne tenait qu’à un fil repose sur la persévérance de ce Samaritain qui continue à l’accompagner, à s’intéresser à lui, pas que pour un moment mais dans la durée. Agissant ainsi il lui redonne une espérance de vie.

« Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps » proclame Jésus Ressuscité à ses disciples.

Elle est là notre Espérance dans cette certitude que la Résurrection ne nous sépare pas de Jésus,  mais qu’Il est encore plus présent à nous, encore plus proche de nous, pas seulement pour un instant,  mais pour toujours.

Notre Espérance, c’est Jésus Ressuscité. Nous la vivons et en témoignons concrètement

·         quand nous la proposons  à ceux qui ne l’ont pas ou qui l’ont perdu.

·         quand nous tendons la main à l’autre pour l’aider à se  relever et avancer dans le sens de la vie.

Elle passe par cet accompagnement patient de celui qui n’a plus goût à l’existence mais qui sait que tout près de lui quelqu’un est là qui  ne le lâchera jamais.

Elle est cette épaule sur laquelle on peut toujours compter et s’appuyer  pour mieux repartir.

Elle se nourrit de notre foi en Jésus–Ressuscité, présent  dans Sa Parole et dans Son Pain de Vie et qui demeure si proche de nous dans le cœur à cœur de la prière et l’amour fraternel.

Disciples du Ressuscité, Serviteurs de Son Espérance, invoquons l’Esprit Saint afin  que notre action et notre témoignage vécus dans la proximité et la persévérance, conduisent ceux que nous accompagnons sur ce chemin de Vie ouvert par  Jésus au matin de Pâques. Que par son intercession, la Bienheureuse Vierge Marie garde nos cœurs, fermes dans l’Espérance.

 

+Norbert TURINI  Evêque de Perpignan-Elne      

                  Aumônier général de la Maintenance                                                  

 

précédents messages de l'Aumônier Général   :

archives Aumônier